Vendredi 19 juillet 2024

La “voiture-maison”

Le constructeur Renault a levé le voile sur sa vision de la mobilité à l’horizon 2030 avec un concept-car et une «maison» qui fonctionnent en harmonie. Son nom : Symbioz. C’est un véhicule autonome, électrique et connecté. Il interagit avec les maisons et les villes connectées, les autres véhicules et les infrastructures routières. Le concept est propulsé par des moteurs 100 % électriques qui s’inscrivent dans la stratégie Zéro Émission de la marque.

Par exemple, il est possible de programmer le système afin d’utiliser l’énergie stockée dans les batteries du véhicule pour utiliser les éclairages, les écrans ou d’autres fonctionnalités de l’habitation durant les pics de consommation. En cas de panne de réseau, le système s’adapte automatiquement et le transfert d’énergie est opéré. La révélation de ce concept-car associé à une habitation connectée est sans précédent.

Dans le premier scénario, de manière symbolique, le système entre dans la maison pour devenir une pièce supplémentaire et modulaire, sous la forme d’un espace utile, mobile et connecté.

Dans le second scénario, il devient une extension de la maison et illustre la vision de la marque : les véhicules seront de plus en plus inspirés par les codes de l’habitat. L’habitacle est généreux grâce aux deux moteurs électriques positionnés sur l’essieu arrière et à la répartition des batteries sous le plancher. La combinaison d’un tableau de bord rétractable et de sièges avant pivotants est destinée à la conduite autonome. Dans ce mode, le conducteur peut facilement se relaxer et parler avec les autres occupants, lire un livre ou se connecter à sa vie digitale. L’habitacle se personnalise automatiquement en détectant le profil des passagers : réglage des sièges, ambiance lumineuse,  musique préférée... Un exemplaire, issu du concept-car, sera proposé pour des essais d’ici la fin d’année. Il incarnera la vision du constructeur à l’horizon 2023 et préfigure les technologies que les conducteurs pourraient retrouver dans leur véhicule dans un futur proche. Ceci inclut une version évoluée de la technologie qui adapte déjà l’ambiance et l’expérience de conduite à l’humeur du conducteur. Le produit intègre également les fonctions de conduite autonome. Le concept propose aussi divers choix de modes de conduite.

Si ces projets futuristes semblent évidemment intéressants, se pose néanmoins une question de base : comment va-t-on approvisionner un parc automobile tout électrique, alors qu’il apparait qu’aux premiers grands froids les réseaux sont tendus et que l’on ne veut pas construire de nouvelles centrales nucléaires, ni même remplacer celles qui sont usées  ? Certainement pas avec l’éolien et/ou le photovoltaïque.