Mercredi 29 septembre 2021

Bob et Bobette : 75 ans

Qui ne connaît Bob et Bobette ou plus exactement Suske en Wiske qui totalisent à ce jour 351 volumes dans la série officielle de l’éditeur Standaard. A ce chiffre, il faut ajouter des dizaines de recueils, de compilations et des éditions spéciales, publicitaires ou culturelles. Il existe d’ailleurs en néerlandais un catalogue spécialisé reprenant les divers titres et éditions.

 

Suske en Wiske à Middelkerke - Photo : ECS

Pour la plupart des gens, Bob et Bobette sont frère et sœur. Et non, ils n’ont même aucun lien de parenté.

Présentons brièvement cette famille qui habite Anvers

Tante Sidonie : présente dès le premier épisode en mars 1945 dans «Rikki en Wiske».

Bobette : nièce de Sidonie, présente également dès le premier épisode ainsi que son frère Rikki. Celui-ci disparaît après cette première aventure, car il ressemblait trop à Tintin.  

Bob : rencontré dans le second épisode «Op het eiland Amoras» (1946) en fait le premier «Suske en Wiske».

Lambique : arrive au troisième épisode «De sprietatoom» (1946) dans lequel il est plombier détective.

Jérome : apparaît dans «De dolle musketiers» (1952). Il vient des années 1600…

Arthur : frère volant de Lambique, apparaît en 1946 dans «De vliegende aap». Il n’intervient que dans quelques aventures.

Professeur Barabas : intervient souvent dans les divers récits, apparaît en 1946 dans «Op het eiland Amoras».    
Comme on le constate, seules Tante Sidonie et Bobette ont des liens de sang. Avec Bob, ils forment une famille recomposée. Lambique et Jérome vivent dans  une autre maison du voisinage. Autre métamorphose : dans les premiers épisodes, Tante Sidonie et Lambique sont plus vieux que maintenant, dépassant la soixantaine tandis que ceux dessinés plus tard ont quarante à cinquante ans. La série connaît un succès qui perdure toujours. Impossible, en pays flamand, d’entrer dans une librairie sans voir directement les albums rouges.

Willy Vandersteen ( 1913-1990 )

Leur créateur naît le 15 février 1913 à Anvers dans le quartier populaire du Seefhoek. Il exerce plusieurs petits métiers et en 1939, alors qu’il travaille à l’Innovation, grand magasin d’Anvers, il commence à publier ses dessins dans la revue du magasin. Après la Libération, il produit encore des bandes dessinées pour «Ons Volkske», «De Standaard», «De nieuwe Gids» et quelques autres. C’est dans «De nieuwe Standaard» que paraît en 1945, «Rikki en Wiske».

N’oublions pas qu’il produit pour la presse quotidienne. Les premiers albums seront parmi ses meilleurs récits ; A partir de 1948, il entre aux éditions du Lombard et collabore au journal «Tintin» pour lequel il produira des chefs-d’œuvre : «La révolte des gueux» (1954) et «Fort Amsterdam» (1955), deux aventures de Thyl Ulenspiegel dessinées en style réaliste. Pour «Tintin» et la série bleue du Lombard de Bob et Bobette, il produira : «Le fantôme Espagnol» (1948),  «La clef de Bronze» (1950), «Le casque tartare» (1951), «Le trésor de Beersel» (1952), « Le gladiateur mystère» (1953), «Les masques blancs» (1956)  et «Le cheval d’or» (1958). Hergé, trouvant qu’il fallait garder «Tintin» à un niveau élevé, avait exigé que seuls Lambique, Bob et Bobette soient présents. En outre, quelques gags de Monsieur Lambique ainsi qu’un nouveau personnage, Le Prince Riri, trouveront place dans la revue.

Après 1945, Vandersteen va produire énormément de nouvelles séries : «De familie Snoeck» (La famille Guignon), «De vrolijke Bengels» (Les joyeux lurons), «Het plezante circus» (Le cirque Zim-Boum) et «Bessy», série réaliste. Cette dernière sera longtemps publiée dans «La Libre Belgique». Aussi doit-il engager des collaborateurs et crée ainsi son propre studio. Avec ses adjoints, il dessinera encore les séries «De rodde ridder» (Le chevalier rouge), «Jérome», «Biggles», «Robert et Bertrand», «De geuzen» (les gueux)… 

On aura compris que cet auteur fut le plus prolifique des créateurs de BD que la Belgique ait connu. On ajoutera que de nombreuses séries furent traduites et vendues sur des marchés étrangers principalement l’Allemagne. Dans les dernières années de sa vie, Willy Vandersteen confie ses séries à ses assistants, sauf son dernier coup de cœur : «De Geuzen» . Pour la série «Bob et Bobette» se succéderont au dessin : Paul Geerts, Marc Verhaegen, Luc Morjaeu et de nombreux autres collaborateurs occasionnels. Ces dernières années, les aventures de Bob et Bobette seront confiées à d’autres auteurs : Yann et Valkena, Dupré et Conz, Zidrou et Krings…

Ainsi nos héros restent bien vivants.

Serge Algoet